Qu’est ce les Télécoms ?

Quelques notions sur les Télécommunications

Les Télécoms, c’est quoi ?

On peut aujourd’hui définir les télécommunications comme la transmission à distance d’informations avec des moyens électroniques. Le terme « télécommunication » est plus utilisé que le synonyme officiel « communication à l’aide d’outil(s) électronique(s) ». Les télécommunications se distinguent ainsi des organismes tels que la Poste, qui eux transmettent des informations ou des objets sous forme physique.

Nous allons vous introduire au monde des télécommunications: nous en donnerons les définitions principales et vous pourrez également consulter les pages du site qui expliquent différentes notions générales et techniques en rapport avec les télécommunications. Vous pourrez également consulter quelques articles s’y associant.

I – Généralités

Mais d’où vient le mot télécommunications ?

Le mot « télécommunication » vient du préfixe grec tele- (τηλε-), signifiant loin, et du latin communicare, signifiant partager.. Le mot « télécommunication » a été utilisé pour la première fois en 1904 par Édouard Estaunié, ingénieur aux Postes et Télégraphes, et directeur de 1901 à 1910 de l’école professionnelle des Postes et Télégraphes ( qui est l’ancêtre de l’École nationale supérieure des télécommunications). Le mot a été utlisé dans son « Traité pratique de télécommunication électrique ».

Définition :

Les télécommunications (abrév. fam. télécoms), ne sont pas considérées comme une science, mais comme des technologies et techniques appliquées.

On entend par télécommunications toute transmission, émission et réception à distance, de signes, de signaux, d’images ou de renseignements de toutes natures, par fil électrique, radioélectricité, optique ou autres systèmes.

II – Histoire

Origine des télécommunications :

Les moyens simples et naturels comme la parole ou les signaux à vue, permettent de communiquer à courte distance. L’évolution de l’organisation des sociétés humaines a amené très vite à développer des moyens de communiquer à distance.

Les télécommunications  » électriques  » n’ont vraiment pris leur essor qu’avec l’invention du télégraphe, puis du téléphone. Le développement de l’électronique, de la radioélectricité, puis de l’ordinateur, ont amené en moins d’un siècle aux télécommunications modernes.

Les télécommunications débutent en France avec le télégraphe (optique) aérien des frères Chappe en 1792. Dans les années 1870,  Bell invente le téléphone.

 

Télécommunications et sciences :

Ce secteur connaît une forte croissance depuis les années 1980, grâce aux progrès technologiques réalisés dans la quasi-totalité domaines scientifiques dont ce secteur est le carrefour :

  • Dans les mathématiques : le traitement du signal, la cryptographie la théorie de l’information et le numérique.
  • Dans la physique : l’électromagnétisme, les semi-conducteurs, l’électronique, etc …
  • Dans l’informatique : la génie logiciel et la diffusion de la micro-informatique.
  • Dans la chimie : Réaction d’oxydo-réduction (réduction de poids et autonomie prolongée des batteries des appareils portatifs).

III – Techniques des télécommunications

Les principes :

Une liaison de télécommunications comporte trois éléments principaux :

  • Un émetteur qui prend l’information et la convertit en signal électrique, optique ou radioélectrique.
  • Une ligne de transmission, une fibre optique ou l’espace radioélectrique, qui relie émetteur et récepteur.
  • Un récepteur qui reçoit le signal et le convertit en information exploitable.

Par exemple, en radiodiffusion, l’émetteur de radiodiffusion émet grâce à son antenne la voix ou la musique qui passe dans l’espace sous forme d’onde électromagnétique jusqu’à un récepteur AM ou FM qui la restitue. Les liaisons de télécommunications peuvent être monodirectionnelles, comme en radiodiffusion ou télévision, ou bidirectionnelles, utilisant alors un émetteur-récepteur.

Quand plusieurs liaisons sont interconnectées entre plusieurs utilisateurs, on obtient un réseau, comme par exemple le réseau téléphonique ou internet.

Les canaux de transmission :

Un canal de transmission est une division d’un support de transmission affectée à une liaison. Ainsi, dans le cas de radiodiffusion en FM, une station émet à 96,1Mhz (Hz = unité de fréquence ; f = 1/T, avec T en secondes), une autre à 94,5Mhz : l’espace hertzien est répartie en fréquences et chaque canal est affecté à un émetteur, dans un multiplexage (= transport de plusieurs données simultanément sur un même canal) en fréquence.

La radioélectricité :

La radioélectricité étudie la transmission hertzienne, la propagation des ondes, et les interfaces avec l’émetteur et le récepteur par l’intermédiaire des antennes. Dans un canal de transmission hertzien, le signal porté par l’onde radioélectrique est atténué par la perte d’espace, les absorptions atmosphériques, (…) L’analyse du bilan de liaison inclut tous ces facteurs.

Le traitement du signal :

Les signaux à transmettre peuvent être analogiques, comme la musique, la voix ou l’image ; ou numériques, comme les fichiers ou les textes. Un signal analogique peut également être converti en numérique.

Un signal analogique varie continûment tandis qu’un signal numérique est une succession d’états discrets (ne veut pas prendre n’importe quelle valeur), binaires (0 ou 1) dans le cas le plus simple, se succédant en séquence.

Le traitement du signal pour l’adapter au moyen de transmission et le restituer après réception, comprend les techniques de codage, de modulation (=transporter le signal dans un autre domaine de fréquences), de compression, et leur inverse à la restitution. Ces traitements sont de plus en plus numérisés, à l’exception de la modulation.

Le signal après passage dans le canal de transmission est perturbé par le bruit, qui dégrade la qualité. Il doit être filtré en analogique, ou subir des algorithmes de correction en numérique. Un des avantages de la transmission numérique est la correction totale du bruit au-dessus d’un seuil.

Réseaux :

Un réseau est un ensemble d’émetteurs et de récepteurs qui communiquent entre eux. Dans le cas d’un réseau numérique comme internet, on peut remarquer des routeurs qui aiguillent l’information vers l’utilisateur désigné dans l’adresse électronique.

Un réseau analogique, comme le téléphone classique, comporte des centraux pour établir un lien physique entre deux abonnés. Des répéteurs sont nécessaires pour amplifier et corriger les signaux.